Lorsqu'il crie, vous criez, ou comment briser le cercle ?



Cela nous est tous arrivé. Tout démarre par un petit malentendu, une incompréhension, un mot un peu trop fort, et c’est l’escalade. Très vite le volume augmente, la tension monte, et vous voilà en train de hurler sur votre enfant. 15 minutes après vous vous demanderez sans doute comment cela a pu arriver, vous culpabiliserez, vous vous jurerez que cela ne se reproduira pas, vous pleurerez même peut-être en serrant votre enfant dans vos bras.


Alors qu’est-t-il arrivé ? Comment en l’espace de quelques secondes avez-vous réussi à passer d’un parent aimant à un monstre sauvage ? Et que pouvez-vous faire pour gérer ce genre de situation de façon plus paisible, mature et « adulte », ou encore mieux, comment anticiper et faire en sorte que ces débordements émotionnels ne se reproduisent pas ?


Pour sortir de ce mode « réactif » et retrouver la capacité de répondre à la situation de manière optimale, je vous propose une petite technique en 3 étapes. Ces étapes peuvent paraître trop simples pour être efficaces, elles ne sont toutefois pas faciles à mettre en pratique et demandent du discernement et de l’entraînement.


1. Écoutez votre corps


Notre corps nous envoie inévitablement des signaux de stress et d’énervement : tension dans la nuque, accélération des battements du cœur, gorge serrée, bouche sèche, mains moites, boule au ventre, etc. Apprenez à repérer rapidement les vôtres.


2. Désengagez-vous


Dès que vous sentez que la situation échappe à votre contrôle, que votre enfant est trop hors de lui pour vous écouter, que vous-même perdez votre maîtrise de soi, éloignez-vous. Sortez, soufflez, aérez-vous, bougez, chantez, dansez. Votre mot clé ici est RIEN. Ne faîtes rien, n’écoutez rien, ne dites rien en ce qui concerne votre enfant. Rappelez-vous, la bataille n’est possible qu’à deux. Eloignez-vous, sortez du conflit, et votre enfant se calmera plus vite.


3. Ne revenez que quand vous aurez retrouvé votre calme


Vous sentirez vous-même quand c’est le bon moment. Des solutions commencent à émerger. Vos idées se font plus claires. Vous ne voyez plus votre enfant comme un monstre ou un animal sauvage contre lequel vous devez vous battre. C’est alors LE bon moment pour revenir. Vous restaurerez d’abord la relation, puis vous guiderez votre enfant vers la résolution du conflit ou du problème. Vous vous sentirez plus calme, plus bienveillant, esprit clair et serein, et vous serez alors plus apte à gérer la situation de façon plus confiante, lucide et certainement plus efficace.


Il est également possible, en changeant notre propre façon d’être et de communiquer avec l’enfant, de prévenir les grosses disputes. La réussite ne sera jamais du 100%, mais si nous restons vigilants et attentifs, si nous misons sur l’objectif de préserver la relation coûte que coûte et de toujours garder une posture « adulte » et une attitude « mature », nous réussirons chaque jour de mieux en mieux. Voici quelques clés :


1/ Au lieu de sermonner, de punir ou de réprimander, câlinez !


Nos enfants passent aussi de mauvaises journées, le plus souvent sans qu’on le sache car ils ont encore du mal à verbaliser leurs ressentis. Un clash avec les parents le soir ce n’est vraiment pas ce qu’il leur faut pour aller mieux. Et ce n’est pas ce que nous recherchons non plus car cela nous éloigne de notre but qui est à ce moment-là d’obtenir quelque chose de notre enfant : le devoir, le passage à table, le rangement de la chambre, etc. En réalité, face à un parent énervé, le cerveau de l’enfant rentre en mode « Fight or Flight » (Combat ou Fuite). Quoiqu’il en soit, l’enfant est maintenant dans un mode où l’éducation n’est plus possible.


Conseil : si votre enfant semble agité, nerveux, peu coopératif, aidez-le d’abord à retrouver son calme et son équilibre. Prenez-le dans vos bras, parlez-lui, faites-le rire, racontez votre journée. Peu importe ce que vous ferez, l’essentiel est que votre enfant se sente écouté et compris. Quand il sera calmé, il vous sera beaucoup plus facile d’obtenir de lui ce que vous souhaitez.


2/ Parlez avec respect


Notre façon de parler influencera immédiatement l’envie de l’enfant de nous écouter, de nous faire plaisir, de coopérer, ou au contraire de nous résister. Notre regard seul suffit parfois à un enfant pour avoir envie de faire l’opposé de ce qu’on lui demande ou de ne rien faire du tout. C’est vrai aussi pour nous adultes, n’est-ce pas ? Ainsi, parlez d’une façon qui donne envie de vous écouter.


3/ Ne prenez rien personnellement


Nos émotions se font plus vives lorsque nous avons l’impression que notre enfant nous manque de respect. Nous considérons alors (inconsciemment) notre enfant comme une menace et nous nous lançons dans une lutte de pouvoir inefficace et inutile. Or, dans la grande majorité des cas, la défiance, la désobéissance et autres sources de conflits entre le parent et l’enfant ont d’autres origines que le manque de respect ou de considération.


Mon conseil : Évitez de prendre le comportement de votre enfant comme une offense personnelle. Il s’agit le plus souvent de fatigue physique, de manque d’envie de faire quelque chose, de frustrations accumulées. L’enfant peut aussi légitimement avoir envie de continuer à jouer ou à s’amuser au lieu d’interrompre le tout pour venir mettre la table. En fin de compte, c’est un enfant, et le jeu est un des besoins de base à son âge. Quelle que soit la raison de son comportement défiant, ne prenez rien personnellement, prenez de la hauteur et cherchez des façons plus subtiles et adroites pour lui faire passer votre message ou obtenir ce que vous voulez. Usez et abusez du jeu et de l’humour, les enfants adorent cela !


Par Elena Goutard, Coach parental


Coach parental, diplômée en psychologie du développement de l’enfant et maman de 4 garçons, Elena Goutard accompagne les familles dans son cabinet et à distance.


Elle aide les parents qui rencontrent des dysfonctionnements dans leur vie familiale, mais également ceux qui aspirent à une vie de famille plus sereine et souhaitent éduquer leurs enfants avec respect et bienveillance.


Elle publie régulièrement des articles sur la parentalité, l’éducation, le développement de l’enfant et de l’adolescent, les émotions et la discipline, les défis de la parentalité à l'ère digitale, le burn-out parental et la surcharge mentale des parents.


Infos et prise de RDV

Tel : 06 06 53 53 62

email : elena.goutard@gmail.com

www.elena-goutard.com

En partenariat avec

logo_fondGris-14.19.08.png
logo.png
ATOUKIDS_couleur800.png

Elena Goutard-  Coach parental

Tel : 06 06 53 53 62

Skype : egoutard

Web : www.elena-goutard.com

Email : elena.goutard@gmail.com

  • Facebook
  • Instagram

Info et prise de RDV

@Elena Goutard 2019             Tous droits réservés               Toute reproduction même partielle est interdite