Les écrans : quelle place dans la vie de nos enfants ?

Dernière mise à jour : nov. 15



A une époque où les écrans sont omniprésents, de plus en plus de parents s’interrogent sur leur place dans la vie de leurs enfants. A quel moment trop c’est trop ? Quels sont les risques ? Les enfants peuvent-ils vivre sans écran ? A partir de quel âge peut-on autoriser un smartphone ? Quelles sont les précautions à prendre ? En quelques années, la technologie a bouleversé notre quotidien, nos habitudes et nos modes de communication. Il est important de se rappeler cependant que nos besoins de base n’ont pas changé. Les enfants ont comme avant besoin de découvrir et d’explorer le monde, de bouger, de jouer à de vrais jeux et d’avoir des interactions humaines riches et variées. L’exposition trop précoce aux écrans ou leur surconsommation peuvent nuire au bon développement des enfants et de leur potentiel. Ainsi, avant de mettre un support numérique entre leurs petites mains, il y a plusieurs précautions à prendre : Cloisonnez le temps d’écran et les autres activités Chaque enfant a besoin de faire du sport, de bouger, de profiter de l’air frais et de la lumière extérieure. Si nous voulons que nos enfants en profitent pleinement, il ne doit pas y avoir d’interférence avec les temps d’écran. Dans le cas contraire, votre enfant préférera toujours passer son temps devant la télé ou les jeux vidéo. En termes de plaisir, les écrans l’emportent sur tout le reste. Occupez votre enfant La meilleure façon pour réduire le temps d’écran est d’occuper vos enfants. Un enfant occupé aura naturellement moins de temps pour son écran. Offrez à votre enfant des activités extra-scolaires, des sorties, des balades et des occasions pour jouer à de vrais jeux. Responsabilisez également votre enfant dès son plus jeune âge en l’impliquant dans l’entretien de sa chambre et de ses affaires. Etablissez un agenda des tâches ménagères. Les écrans doivent passer après les devoirs, les rangements et les vrais jeux. Offrez du plaisir En limitant l’accès aux écrans, vous limitez l’accès au plaisir. Pour compenser, apporter du plaisir ailleurs et autrement. Jouez à des jeux de société, sortez au cinéma, faites des balades en famille. Plus vos enfants s’amuseront et prendront du plaisir en faisant d’autres activités, moins ils penseront aux écrans. Multipliez les moments de connexion Pour bien grandir, chaque enfant a besoin d’interactions sociales réelles (et non virtuelles) et de temps de qualité avec ses parents. Grâce à ces moments d’échange et de complicité, l’enfant développe avec ses parents une profonde relation d’amour et de confiance. Les échanges avec les autres permettent, quant à eux, d’initier l’enfant à l’empathie et à l’entraide, de l’entraîner à l’adversité et à la résolution des conflits. Seules les véritables interactions humaines offrent ces opportunités d’apprentissage. Valorisez ces échanges, qu’ils soient en famille ou avec des amis. Parmi les règles non négociables, instaurez une interdiction d’écrans pour toute la famille pendant les repas. Et si votre enfant invite des amis, n’hésitez pas à dire non aux écrans, et proposez aux enfants de trouver d’autres jeux et occupations. Ne craignez pas l’ennui De nombreux parents se servent des écrans pour échapper à l’ennui de leur enfant. Le souci : plus vous avez recours aux écrans, et moins votre enfant apprend à s’occuper autrement. Les enfants sont créatifs de naissance, et l’ennui les pousse à rêver, à réfléchir, à chercher des idées au plus profond d’eux-mêmes, stimulant ainsi leur créativité. L’ennui n’est donc pas un problème mais un cadeau pour l’imagination de l’enfant. Protégez le sommeil De nombreux enfant rencontrent aujourd’hui des problèmes de manque de sommeil et d’endormissement. En cause : la lumière bleue émanant des écrans qui empêche la production de la mélatonine, cette précieuse hormone qui favorise un endormissement facile et assure un sommeil de qualité. Pour que votre enfant s’endorme facilement et profite d’un sommeil récupérateur, interdisez l’utilisation des écrans au minimum 1h30 avant l’heure présumée du coucher. Bannissez également l’utilisation des écrans dans les chambres. Si votre ado se sert de son smartphone comme d’un réveil, achetez-lui un vrai réveil. Le téléphone doit rester en dehors de la chambre pendant la nuit. Vous pouvez également installer un « panier à smartphones » où toute la famille rangera ses téléphones avant de se coucher. Assurez la sécurité virtuelle Les écrans ne sont pas seulement addictifs. Via un écran, l’enfant tombe dans un espace virtuel qui peut être dangereux et difficile à contrôler. Informez-vous sur les risques qu’encourt votre enfant (cyberharcèlement, pornographie, plagiat, etc). Installez le contrôle parental sur tous vos appareils. Parlez avec votre enfant et informez-le des risques et des dangers. Expliquez-lui que l’espace virtuel est le même que la vraie vie, les mêmes valeurs de respect et de bienveillance doivent s’y appliquer. Avant de donner à votre enfant le droit de surfer sur Internet, assurez-vous qu’il comprend que la vie virtuelle n’est pas un jeu, qu’il y existe des règles et des lois, des devoirs et des responsabilités. Apprenez à votre enfant à écrire et à partager uniquement des choses qu’il serait prêt à partager dans la vraie vie. Parlez du respect de la vie privée et de l’intimité. Par exemple, si votre enfant veut partager des photos prises avec des amis ou avec les membres de sa famille, il doit d’abord demander leur accord. La même règle est valable pour les posts ou les commentaires laissés sur les réseaux sociaux, on n’écrit que les choses qu’on serait capable de dire si la personne était en face de nous. Adaptez l’accès aux écrans à l’âge des enfants En tant que parent, vous avez la responsabilité du contrôle de contenus et de durée d’accès de votre enfant aux écrans. Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel déconseille fortement l’accès aux écrans pour les enfants de moins de 3 ans. A partir de cet âge, la durée des écrans doit être limitée à une heure par année d'âge par semaine, préconise le pédopsychiatre Stéphane Clerget. Ainsi, un enfant de 5 ans peut passer devant un écran cinq heures par semaine, tous supports confondus, avec une limite de douze heures par semaine pour les adolescents. De son côté, le psychiatre et docteur en psychologie Serge Tisseron a mis en place la règle « 3-6-9-12 » pour donner aux parents des repères quant à la consommation d’écrans : pas de télé avant 3 ans, pas de console de jeux avant 6 ans, pas d’accès à Internet avant 9 ans, pas de réseaux sociaux avant 12 ans. Montrez l’exemple On ne le répètera jamais assez. L’enfant se construit à travers l’exemple de ses parents. Ayez conscience de votre responsabilité et de l’importance de votre comportement « numérique » au quotidien. Si possible, limitez au maximum l’utilisation de votre smartphone en présence des enfants. Pour éviter les tentations, rangez-le ou coupez le son pendant les repas et les moments d’échanges ou d’activités en famille. Désactivez les notifications des réseaux sociaux. Cloisonnez le temps « virtuel » et le temps en famille pour éviter les chevauchements. Quand votre enfant vous parle, posez votre téléphone ou votre tablette et offrez-lui votre attention. Prenez pour règle : famille d’abord, écrans après. Chacun de vos gestes est une leçon (bonne ou mauvaise) que vous donnez à vos enfants. Et pour conclure, n’oublions pas : le numérique peut avoir du positif pour nos enfants mais seulement s’il leur laisse du temps pour combler leurs autres besoins, bien plus importants pour leur bien-être et leur bon développement. Vous vous sentez concerné(e) par la problématique des écrans dans votre famille ? N'hésitez pas à prendre contant avec moi pour obtenir une aide personnalisée (voir les coordonnées en bas de cette newsletter).

Elena Goutard est coach parental et familial. Au travers de ses accompagnements, elle cherche à faciliter le quotidien des parents, à rétablir l'harmonie dans les relations entre parents et enfants et à ramener dans les familles le calme et la joie.


Elle publie régulièrement des articles sur le développement de l’enfant et de l’adolescent et contribue à la rubrique Parentalité des magazines Parole de Mamans, Aufeminin et Passeport Santé.





TRAVAILLER AVEC MOI


Votre quotidien parental est difficile ? Vous avez du mal à comprendre certaines réactions de vos enfants et à gérer leurs comportements ? Vos enfants s’entendent mal et leurs conflits vous épuisent ? Vous manquez de patience et votre propre stress vous empêche d'être le parent que vous souhaitez être ? Votre ambiance familiale est compliquée et vos relations se dégradent ? Vous sentez que vous avez besoin d'être soutenu(e) et accompagné(e) ? Je vous aide à :

  • améliorer la relation avec vos enfants

  • mieux gérer votre quotidien familial

  • calmer les conflits dans les fratries

  • gérer effacement les temps d'écran de vos enfants

  • vous mettre d'accord sur l'éducation avec votre co-parent

  • apaiser les crises, les cris et les disputes

  • mieux communiquer avec vos enfants et votre conjoint(e)

  • devenir un parent plus patient et serein

Infos et prise de RDV :

Tel : 06.06.53.53.62

Mail : elena.goutard@yahoo.fr

Web : www.elena-goutard.com

0 commentaire

Posts récents

Voir tout