Tâches ménagères : une partie incontournable de l’éducation en famille



Les tâches ménagères ou les fameuses « corvées »… rares sont ceux qui les aiment (à part certains d’entre nous particulièrement friands de propreté). C’est pareil pour nos enfants, les corvées ils n’aiment pas ça : parce que cela demande de l’effort, parce qu’il faut y consacrer du temps et aussi, souvent, tout simplement parce qu’ils n’y voient aucun intérêt ! Mais se trompent les parents qui baissent les bras trop rapidement car avec les tâches ménagères les bénéfices vont bien au-delà de l’ordre et de la propreté ! Qu’est-ce que votre enfant a à gagner en participant régulièrement aux tâches ménagères ? 1/ De nouvelles compétences et aptitudes : l’enfant qui sait cuisiner, ranger, bricoler est naturellement mieux armé pour l’avenir. 2/ Le sens des responsabilités : lorsqu’on sait le temps que cela prend de nettoyer le séjour à la serpillère, on a moins envie de courir dans la maison avec un paquet de gâteaux à la main. 3/ La confiance en soi : l’autonomie et l’indépendance boostent naturellement la confiance en soi. 4/ La gratitude. Comment être reconnaissant pour quelque chose dont on ignore le coût (effort, temps, énergie…) ? Votre enfant sera beaucoup plus précautionneux et reconnaissant envers votre travail. 5/ La complétude. Même si les enfants n’aiment pas le ménage, dans les familles où cela fait partie des traditions familiales, les enfants témoignent d’un plus grand sentiment d’appartenance. Lorsque l’enfant sent qu’il fait partie intégrante de sa famille et qu’il est en capacité de contribuer au bien-être familial, il se sent important… et plus heureux. Et pour nous aussi, les parents, quelle paix d’esprit lorsqu’on sait que notre enfant est autonome et bien armé pour la vie ! Mais comment s’y prendre pour convertir votre enfant au ménage puisque, de toute évidence, il n’aimera pas cela ? Car même un enfant de 2 ans ou un ado grincheux est certainement capable de vous prêter un coup de main. Faites-en une routine Même s’ils ne le montrent pas et qu’il faut souvent leur rappeler les règles plusieurs fois, les enfants adorent les routines ! J’en ai déjà parlé dans plusieurs de mes articles : le cerveau humain fonctionne mieux dans un environnement stable et prévisible. N’hésitez donc pas à créer un petit planning quotidien des tâches ménagères en adaptant les tâches à l’âge et aux disponibilités des enfants. Vous pouvez aussi créer un rituel « Gros nettoyage de samedi » où toute la famille travaillera ensemble en équipe. Optez pour la logique « d’abord, ensuite » Connaissez-vous la dopamine ? Il s’agit de la molécule de la récompense et du plaisir. Sa principale fonction : nous aider à accomplir des tâches longues et monotones. Comme, par exemple, à la pêche, lorsque vous attrapez un poisson, vous éprouvez un sentiment de joie, c’est la sécrétion de la dopamine dans votre corps. Et cette joie est si intense que vous êtes prêt à y passer une journée entière… pas pour attraper un poisson, en réalité, mais pour ressentir de nouveau ce sentiment de plénitude. Rusez donc avec la dopamine pour motiver votre enfant. Optez pour la logique « d’abord » (devoirs, ménage, etc), « ensuite » jeux, balade, dessins animés… En attendant la récompense, l’enfant sera beaucoup plus motivé. Ne mettez pas votre relation en danger Si à chaque fois, le ménage finit par une dispute, faites une pause et demandez-vous ce que vous pouvez faire en plus, en moins, en tout cas différemment pour solliciter l’aide de votre enfant. Il suffit parfois de reformuler la demande un peu plus gentiment, de répéter la phrase une seconde fois, non pas plus fortement (comme votre instinct vous poussera souvent à le faire) mais au contraire, encore plus doucement. Vous pouvez aussi vous intéresser d’abord à ce que fait l’enfant avant de réitérer votre consigne. Un seul mot magique Vous lui avez répété 36 fois de ranger sa chambre et, évidemment, au bout d’1h, ce n’est toujours pas fait. Votre enfant est tranquillement plongé dans son livre, dans sa boîte à Légo ou est en train de courir partout dans la maison. Bref, il fait tout... sauf le ménage. Au lieu de le sermonner (au risque de le brusquer davantage), faites un simple rappel en un seul mot : Jeanne, ton bureau ! Matthieu, tes Légos ! Si vous le dites d’un ton neutre, dénué de tout énervement ou jugement, vous verrez qu’un simple mot est souvent plus efficace qu’un long discours moralisateur. Rendez le ménage ludique Rares sont les enfants qui ne rouspètent pas à l’évocation du mot « ménage », en revanche tous les enfants aiment s’amuser ! Ainsi, pour donner à votre enfant l’envie de s’y mettre, rien n’est plus efficace qu’un bon jeu. Faites des paris (« Je parie que tu ne sauras pas mettre le couvert en moins de 2 minutes ! », lancez des défis (« Qui de vous deux rangera sa chambre le plus vite ? », utilisez un minuteur ou le chronomètre de votre smartphone pour challenger vos enfants. Ils adoreront cela ! Toujours grâce à la dopamine, ils travailleront plus vite et... avec le sourire ! Acceptez que tout ne soit pas parfait ! Vous avez peut-être déjà dit à votre enfant de 3 ans, cherchant maladroitement à nettoyer l’eau qu’il vient de renverser : « Laisse, je vais le faire, tu vas en mettre partout ! » Erreur ! Car c’est justement là que se cache la clé de l’apprentissage : faire mal pour apprendre à faire bien. Je l’entends également souvent de la part des adolescents que j’accompagne : « Quoi que je fasse, ce n’est jamais assez ». Du coup, s’ils étaient peu motivés, après ce genre de remarques, ils ne le sont plus du tout.

Mes deux clés sur ce point :

a/ Apprenez à lâcher prise sur la perfection. Ce qui compte avant tout c’est l’intention. Votre objectif premier est de motiver votre enfant et de lui faire accomplir ce que vous avez demandé (même si le résultat n’atteint pas vos standards de propreté).

b/ Si vous voulez que l’enfant progresse et s’améliore, expliquez vos consignes en amont ! Par exemple, si vous voulez que votre garçon apprenne à étendre correctement la lessive ou à ranger son linge, prenez un moment avec lui pour lui expliquer le tout calmement, en montrant, en commentant et pourquoi pas en usant d’humour. Ne vous attendez pas toutefois qu’il réussisse dès le premier coup. Vous devrez parfois réexpliquer et montrer plusieurs fois avant que l’enfant ne commence à le faire plus ou moins correctement. Soyez patient ! Remerciez-le ! Même si les enfants disent rarement merci à leurs parents pour une maison douillette et un linge propre, cela ne veut pas dire qu’on ne doit pas les remercier, nous. Tout travail accompli (aussi minime puisse-t-il paraître) mérite reconnaissance. Remerciez donc votre enfant pour chaque effort qu’il fait. Vous lui donnerez l’envie d’en fournir plus et lui montrerez l’exemple. Vous verrez que lui aussi commencera à vous remercier plus souvent. Et pour conclure, même si les tâches ménagères et les enfants semblent pour vous faire partie de deux mondes différents, à tel point que vous préférez souvent tout faire vous-même pour ne pas vous épuiser à répéter sans cesse et sans résultat, persévérez ! Que vous ayez des filles ou des garçons, ne faites aucune différence : ils ont les mêmes capacités. Un jour ou l’autre, ils vous remercieront pour ces apprentissages essentiels que vous leur avez donnés.. même si, aujourd’hui, cet effort vous coûte et la récompense finale vous semble illusoire ! Par Elena Goutard, Coach parental et familial

Pour réserver une consultation en parentalité ou en thérapie familiale :


tel : 06.06.53.53.62)

email : elena.goutard@gmail.com

web www.elena-goutard.com

Coach parentale et familiale et maman de 4 garçons, Elena Goutard accompagne les familles dans son cabinet et à distance.


Diplômée en psychologie du développement de l’enfant, passionnée par l'éducation et la parentalité, elle apporte aux parents des réponses sur les thématiques de la vie courante :  devoirs, écrans, problèmes de relation et de discipline, conflits dans les fratries, préparation à la parentalité.


Elle propose également des solutions à des problématiques familiales plus complexes telles que : peurs et anxiété, hypersensibilité, angoisse de séparation, troubles du comportement et déficit de l’attention, séparation et recomposition familiale, élever un enfant adopté.


Elle publie régulièrement des articles sur le développement de l’enfant et de l’adolescent et contribue à la rubrique Parentalité des magazines Parole de Mamans et Aufeminin.


Infos et prise de RDV

Tel : 06 06 53 53 62

email : elena.goutard@gmail.com

www.elena-goutard.com

Elena Goutard, Coach parental

Tel : 06 06 53 53 62

Skype : egoutard

Web : www.elena-goutard.com

Email : elena.goutard@gmail.com

  • Facebook
  • Instagram

En partenariat avec

logo_fondGris-14.19.08.png
logo.png
ATOUKIDS_couleur800.png

@Elena Goutard 2020             Tous droits réservés               Toute reproduction même partielle est interdite