Se reconnecter après une dispute


Les disputes entre parents et enfants sont fréquentes. Mais que faut-il faire lorsque la tempête est calmée ? Faut-il en parler à l’enfant ? Devrait-on lui demander des excuses et peut-on s’excuser à son tour si nous ne sommes pas fautifs ? Pour certains parents, la réponse semble intuitive et instinctive, d’autres auront des doutes quant à la meilleure attitude à avoir.


Voici quelques idées :


1) Faites le premier pas vers la réconciliation


Quelle que soit l’origine de la dispute, il peut être difficile pour un enfant d’initier la réconciliation. Il en a pourtant désespérément besoin pour retrouver le calme et le bien-être. Le rôle du parent inclut cette responsabilité de faire le premier pas vers la reconnexion. Sans forcément évoquer le conflit, trouvez des moyens de vous rapprocher de l’enfant et de rétablir le lien. Vous pouvez l’inviter à participer à ce que vous êtes en train de faire, ou poser des questions sur sa journée, montrer de l’intérêt pour un jeu ou un livre. Observez votre enfant et trouvez des façons subtiles pour vous rapprocher de lui et pour rétablir le lien via le toucher, les mots ou votre simple présence attentive.


L’essentiel est que votre enfant puisse sentir que l’amour est toujours là malgré tout.


2) Aussitôt la tempête calmée, passez à autre chose


Ne nourrissez pas la rancune, ne réfléchissez pas trop sur le pourquoi et le comment du conflit. Ne sermonnez pas l’enfant, dans la majorité des cas, l’enfant est parfaitement conscient de ses erreurs. Après le conflit, essayez de retrouver votre calme au plus vite, puis passez à autre chose. L’enfant a besoin de sentir que vous avez pardonné, oublié et que vous l’aimez toujours. Votre attitude calme lui permettra de se calmer et de réfléchir à ses actes par lui-même et de son propre gré.


3) Profitez des disputes pour développer les compétences sociales de votre enfant


Les enfants ne sont pas très bons en résolution de conflits. D’abord, parce que les émotions trop fortes les empêchent de résonner correctement. Ensuite, parce que leur immaturité ne leur permet pas encore de prendre en considération les sentiments et la position de l’autre au moment du conflit. Ils sont incapables de voir le panorama complet de la situation ; leur point de vue constitue leur unique perspective. Et enfin, parce que souvent ils ne savent juste pas comment faire pour faire le premier pas, pour demander pardon, pour réparer les erreurs et pour se réconcilier.


Les disputes et les conflits en famille représentent ainsi un terrain particulièrement favorable pour mettre en pratique et améliorer les compétences émotionnelles et sociales des enfants. Apprenez à votre enfant à savoir affirmer son avis tout en prenant en considération la position de l’autre. Au lieu de crier votre propre vérité posez-lui des questions : Qu’est-ce qui t’a poussé à agir ainsi ? Qu’as-tu ressenti ? Pourquoi j’ai réagi comme cela à ton avis ? Comment aurions-nous pu nous y prendre autrement ? Quelle réaction de ma part aurais-tu appréciée ? Comment aurais-tu réagi à ma place ?


Adaptez le ton de votre voix pour que la discussion se fasse en douceur. L’enfant ne doit pas se sentir jugé, dans le cas contraire il se mettra sur la défensive et sera peu réceptif à votre message.


4) N’exigez pas les excuses et le pardon


Le pardon doit venir du cœur et être sincère. Des excuses forcées n’ont pas de valeur. En général, l’enfant sait très bien quand il se comporte bien ou mal. L’émotion peut être parfois tellement forte qu’elle empêchera l’enfant de s’excuser ou de reconnaître son erreur. Cela ne veut pas dire qu’il ne ressentira pas de regret et de culpabilité plus tard. La blessure à cet instant précis est tout simplement trop vive et l’émotion trop forte. Quand l’enfant sera calmé, expliquez-lui le sens du pardon et demandez-lui calmement s’il a envie de s’excuser. S’il refuse, ne le forcez pas. Le jour où il sera prêt à demander pardon, il le fera spontanément. Ses excuses et ses ressentis seront alors authentiques et sincères.


5) Demandez toujours pardon et reconnaissez votre part de responsabilité


Même si vous n’êtes pas l’initiateur du conflit, la dispute implique toujours deux acteurs. Quelle que soit la situation, l’adulte trouvera toujours des choses à se faire pardonner : d’avoir été injuste, d’avoir eu une réaction trop excessive, d’avoir perdu le contrôle, d’avoir haussé le ton. En demandant pardon, vous montrez à votre l’enfant l’exemple, vous assumez votre propre part de responsabilité et vous restaurez le lien.


Par Elena Goutard, Coach parental


Coach parental, diplômée en psychologie du développement de l’enfant et maman de 4 garçons, Elena accompagne les familles dans son cabinet et à distance.


Elle aide les parents qui rencontrent des dysfonctionnements dans leur vie familiale, mais également ceux qui aspirent à une vie de famille plus sereine et souhaitent éduquer leurs enfants avec respect et bienveillance.


Elle publie régulièrement des articles sur la parentalité, l’éducation, le développement de l’enfant et de l’adolescent, les émotions de l’enfant, les défis de la parentalité à l'ère digitale, le burn-out parental et la surcharge mentale

des parents.

www.elena-goutard.com

En partenariat avec

logo_fondGris-14.19.08.png
logo.png
ATOUKIDS_couleur800.png

Elena Goutard-  Coach parental

Tel : 06 06 53 53 62

Skype : egoutard

Web : www.elena-goutard.com

Email : elena.goutard@gmail.com

  • Facebook
  • Instagram

Info et prise de RDV

@Elena Goutard 2019             Tous droits réservés               Toute reproduction même partielle est interdite