Quand les parents ne sont pas d'accord sur l'éducation

Dernière mise à jour : janv. 13


Avoir un enfant ensemble n’est pas DU TOUT la même chose que vivre sans enfant, amoureux et sans contraintes. Non, ce n’est pas parce que vous vous aimez, que vous allez forcément vous entendre question éducation. Chacun de vous a commencé cette aventure avec son propre « bagage » : l’éducation qu’il a lui-même reçue, sa vision du bien et du mal, son tempérament, sa sensibilité, son quota d’énergie et de patience… pour toutes ces raisons être parents ensemble demande un ajustement permanent, plus ou moins important selon les familles. Je ne vous surprendrai pas en vous disant que l’éducation est une des principales sources de conflits dans les couples. Il est de plus en plus fréquent que les désaccords au sujet des enfants mènent à la séparation. Mais il existe une autre voie, celle de l’ouverture à l’autre et de l’acceptation. En joignant vos efforts, vous pouvez faire de vos différences une force, une sorte de double culture que vous transmettez à vos enfants. Alors concrètement comment s’y prendre au quotidien quand tout semble vous diviser ? Parlez différemment Ou, plus exactement, trouvez un meilleur moment pour parler « éducation ». Dans les couples, la plupart des différends sont réglés « à chaud ». Or, sous l’effet d’une émotion (colère, rancune ou même peur), vous n’êtes plus en mesure de communiquer correctement. Il devient donc difficile de dire à l’autre ce que vous pensez et ressentez, pourquoi vous n’êtes pas d’accord, ce qui vous blesse, vous inquiète… Je vous conseille d’attendre que la pression retombe avant d’aborder ces questions épineuses. Ou, mieux encore, accordez-vous régulièrement un petit rdv en amoureux pour aborder les sujets éducatifs. L’échange se fera dans une meilleure ambiance et chacun de vous sera plus réceptif et ouvert aux propos de l’autre. Même si cela ne change pas radicalement vos points de vue respectifs, au moins cet échange dans le calme vous fera tous les deux réfléchir. Définissez vos valeurs éducatives Même si vous avez de la peine à y croire, vous et votre moitié prêchez souvent la même cause. Chacun de vous aime vos enfants, veut les protéger, leur transmettre les valeurs comme le respect ou la gentillesse, les responsabiliser, les rendre autonomes. Le souci : chacun s’y prend à sa façon et estime en toute logique que la sienne est la meilleure. Clarifier vos valeurs respectives vous aidera à comprendre que vous avez en réalité bien plus en commun que vous ne le croyez. Voici quelques pistes de réflexion :

  • Quelles sont les valeurs qui comptent pour moi et que je souhaite inculquer à mes enfants ? Respect, politesse, entraide, gentillesse, bonté, générosité, etc. ?

  • Qu’est-ce que je fais au quotidien pour montrer l’exemple à mes enfants ? - j’aide régulièrement les associations de ma commune, je salue les gens dans la rue, j’aide ma moitié quand je la /le trouve fatigué(e), j’évite de critiquer et de juger les autres.

  • Comment j’applique ces valeurs dans mon rôle de parent ? - J’essaie de toujours parler à mes enfants avec respect. Je leur accorde du temps, même si cela va à l’encontre de mon envie du moment (générosité). J’essaie de discuter régulièrement avec eux pour comprendre la raison des crises de colère ou de jalousie (respect, bonté).

Cette réflexion vous aidera à comprendre plus aisément les intentions de l’autre, ce qui guide ses réactions. Vous verrez parfois vos propres failles et trouverez ainsi des axes d’amélioration. Apprenez à faire des compromis Il est rare d’être d’accord sur tout mais il est possible d’apprendre à faire des compromis. Au lieu de tirer la corde chacun de votre côté, tentez de lâcher prise sur certains points et voyez comment vous pouvez faire un pas vers l’autre. Par exemple, si, face à la colère de votre conjoint, vous avez tendance à prendre la défense des enfants, il y a de fortes chances que votre moitié se fâche d’autant plus fort par manque de soutien de votre part. Un compromis possible : vous vous engagez à ne plus contredire votre conjoint devant les enfants, et lui, de son côté, promet de faire un effort pour parler sur un ton plus calme et respectueux ou de vous laisser gérer la situation quand elle lui échappe. Observez-vous mutuellement Bien que différente de la vôtre, l’approche éducative de votre co-parent n’a pas forcément que du négatif. L’avantage avec les différences est justement qu’elles permettent d’enrichir notre regard, de voir la situation sous un angle différent, de changer et d’améliorer notre fonctionnement. Si vous trouvez que votre conjoint est trop strict, il se peut que lui, de son côté, vous trouve trop laxiste. Observez dans quels cas, sa position ferme est aidante et faites-lui remarquer que votre attitude douce et bienveillante peut aussi avoir des avantages dans certaines situations. Soutenez-vous l’un l’autre Le comportement de l’autre a toujours une raison, même si celle-ci n’est pas toujours évidente à identifier. Ainsi, les débordements émotionnels (cris, colères, irritabilité) peuvent révéler des difficultés chez votre conjoint à contrôler ses émotions. Le manque d’envie à passer du temps avec les enfants peut, quant à lui, être causé par la fatigue, le stress ou le manque d’amour et d’affection dont il a lui-même souffert dans son enfance. Dans tous les cas, la meilleure attitude à avoir est de soutenir votre moitié dans ses difficultés, au lieu de le critiquer. Ainsi, si vous sentez que la colère monte de son côté, prenez le relai et proposez à votre conjoint d’aller se reposer. Vous serez surpris de constater à quel point le soutien et l’écoute peuvent transformer une personne et la rendre plus empathique et patiente. Lâchez prise Même si les différences de l’autre peuvent parfois vous agacer ou vous inquiéter, elles apportent souvent du positif. La fermeté de l’un aidera parfois à compenser la permissivité de l’autre. La douceur à adoucir la rigidité. Le côté rigoureux de l’un va apporter de l’ordre et le côté spontané et (parfois « bordélique ») de l’autre de la légèreté et de la joie. Par ailleurs, la différence de caractères aide les enfants à être plus flexibles, capables de s’adapter à une multitude de caractères différents, également en dehors de la maison : un enseignant un peu impulsif ou trop strict, des copains pas toujours tendres. Votre différence est donc, au fond, une richesse. Et si vraiment l’écart entre vous deux est trop important et l’entente en matière d’éducation semble impossible, ne tardez pas pour consulter un spécialiste (psychologue, coach parental, thérapeute familial ou de couple) qui posera un regard plus objectif sur votre situation et vous aidera à trouver un terrain d’entente dans le respect de chacun. Par Elena Goutard, Coach parental


Vous vous sentez concerné(e) par cette problématique ? N'hésitez pas à prendre contant avec moi pour envisager ensemble des solutions.

Pour réserver une consultation :


tel : 06.06.53.53.62)

email : elena.goutard@gmail.com

web www.elena-goutard.com

Elena Goutard est coach parental et familial. Au travers de ses accompagnements, elle cherche à faciliter le quotidien des parents, à rétablir l'harmonie dans les relations entre parents et enfants et à ramener dans les familles le calme et la joie.


Elle publie régulièrement des articles sur le développement de l’enfant et de l’adolescent et contribue à la rubrique Parentalité des magazines Parole de Mamans, Aufeminin t Passeport Santé.


Infos et prise de RDV

Tel : 06 06 53 53 62

email : elena.goutard@gmail.com

www.elena-goutard.com

0 commentaire