top of page

4 besoins non-négociables de votre enfant


Crédit photo v.ivash on Freepik


Nos besoins sont au cœur de notre épanouissement. Quand nos besoins sont comblés, nous nous sentons plus sereins et plus heureux, nous entretenons de meilleures relations avec les autres, nous avons la confiance et l’énergie pour atteindre nos objectifs. Chez un enfant, un besoin satisfait a aussi d’autres bénéfices : il participe à son bon développement, favorise le bien-être, permet de bien grandir et d’avoir une belle estime de soi.

En tant que parents, nous savons intuitivement ce dont nos enfants ont besoin.Nous veillons à leur sommeil, leur offrons une alimentation équilibrée, surveillons qu’ils soient en sécurité à l’extérieur et avec nous. Cependant, certains besoins psychologiques peuvent être plus difficiles à satisfaire. Soit parce que nous ne savons pas qu’il s’agit d’un réel besoin, soit parce que nous en négligeons l’importance.

Un besoin non satisfait, quels sont les risques ?

Les enfants sont très démonstratifs et ne tardent pas à nous montrer quand quelque chose ne va pas dans leur vie. Qu’il s’agisse de cris, de colères à répétition, d’un refus de dormir ou d’aller à l’école, chaque comportement a une explication et un besoin inassouvi peut être au centre du problème. L’enfant peut devenir grincheux, enchaîner les crises, nous rejeter, parler de façon insolente, nous reprocher de ne pas l’aimer. Il arrive aussi qu’il régresse dans son autonomie, s’oppose à nos consignes, s’en prenne à son frère ou à sa sœur…

Il s’agit la plupart du temps de réactions inconscientes qui aident l’enfant à combler le manque éprouvé. Un enfant qui a faim par exemple, réclamera à manger ou ira piocher dans un placard. La fatigue ou le manque de sommeil provoquera des réactions comme le bâillement, une baisse de tonus ou l’irritabilité. Un manque d’attention sera exprimé par une forte demande de câlins ou des difficultés à se séparer de son parent (notamment à l’heure du coucher ou au moment d’aller à l’école).

4 besoins émotionnels indispensables au bon développement de l’enfant

Voici quatre besoins auxquels il faut faire particulièrement attention pour aider l’enfant à grandir en confiance et à se développer harmonieusement.

Le besoin de se sentir unique et important


Se sentir compris, respecté et accepté pour ce qu’il est, avec ses différences, ses forces et ses faiblesses.

Mes trois conseils pour répondre à ce besoin :

  1. Considérez votre enfant comme un être à part entière. Évitez de le critiquer ou de le comparer avec les autres. Bannissez également les étiquettes (il est turbulent, elle est toujours sage) qui peuvent empêcher l’enfant de développer son potentiel et son identité propre.

  2. Aidez-le à développer ses points forts et ses talents uniques en encourageant les activités qui correspondent à ses centres d’intérêts et ses capacités.

  3. Valorisez ses bons côtés en soulignant souvent et de façon précise ce que vous aimez chez lui.

Le besoin d’être aimé inconditionnellement


Se sentir en lien et apprécié des autres, cultiver des relations harmonieuses et de confiance avec son entourage.

Mes trois conseils pour répondre à ce besoin :

  1. Dites souvent à votre enfant que vous l’aimez, montrez-lui des signes de tendresse et d’affection : un bisou surprise au moment d’attacher la ceinture de sécurité, une caresse dans les cheveux, un « tu m’as manqué » à la sortie de l’école.

  2. Consacrez-lui tous les jours du temps de qualité : un jeu ensemble, un moment de lecture, un rire partagé… Même quelques minutes de pleine présence suffisent à remplir le réservoir affectif de l’enfant.

  3. Offrez à votre enfant des occasions pour se sociabiliser et créer des liens forts avec d’autres personnes que les membres de sa famille proche (grands-parents, cousins, camarades d’école).

Le besoin de repos


Avoir du temps libre pour rêver, s’ennuyer, faire des choses qu’il aime sans être constamment sollicité ou stimulé. Ces moments sont essentiels pour permettre à l’enfant de recharger ses batteries, de traiter les informations reçues et de se libérer des tensions accumulées.

Mes trois conseils pour répondre à ce besoin :

  1. Introduisez dans le quotidien de votre enfant des temps calmes qui lui serviront de sas de décompression, notamment au retour de l’école.

  2. Limitez le temps d’écran et remplacez-le par des moments de jeu libre, des activités en famille, du temps avec vous…

  3. Ne surchargez pas l’emploi du temps de l’enfant d’activités. Gardez le strict essentiel en le laissant choisir ce qui lui plaît vraiment.

Le besoin d’exprimer ses émotions


Avoir le droit de ressentir et d’exprimer pleinement ses émotions, même les plus dérangeantes, comme la colère, la frustration ou encore la peur. Une émotion cachée ou refoulée peut avoir des incidences sur le bien-être de l’enfant et provoquer des régressions au niveau du sommeil ou de la propreté, des peurs et angoisses, des comportements compulsifs (besoin de tout contrôler, compulsions alimentaires), des débordements émotionnels non-expliqués, survenant parfois bien plus tard dans la vie, etc.

Lorsque les parents accueillent les émotions avec bienveillance, l’enfant se sent libre de les exprimer et retire ainsi le maximum de bénéfices que chaque émotion lui apporte. La peur servira par exemple à le protéger, la colère l’aidera à s’affirmer et la frustration lui permettra de s’adapter à des situations qu’il ne pourra pas changer.

Mes trois conseils pour répondre à ce besoin :

  1. Laissez libre cours aux émotions et apprenez à les accueillir avec compréhension et bienveillance. Cela demande souvent de faire un travail sur ses propres émotions et de développer un meilleur contrôle des impulsions chez le parent également.

  2. Aidez votre enfant à trouver des clés qui l’aident à traverser son émotion avec plus de facilité. Selon leur sensibilité, certains enfants auront besoin d’un câlin, d’autres d’être seuls, d’autres encore de bouger, de pleurer ou de crier pour exprimer la tornade émotionnelle.

  3. Accepter les émotions ne signifie pas accepter tous les comportements. Si la colère de votre enfant le pousse à adopter des comportements dangereux pour lui ou pour les autres, voyez comment vous pouvez l’aider à canaliser ses réactions : contenir son geste en le serrant contre vous, enlever le jouet qu’il risque de jeter par terre et de casser, l’emmener dans un lieu où il sera en sécurité (voiture, sa chambre) et ne pourra pas faire du mal aux autres.

Le désir et le besoin, deux notions bien distinctes

Une envie (par ex. une crise pour un paquet de bonbons) est passagère et ne doit pas être prise pour un besoin. En revanche, une envie peut cacher un besoin. Par exemple, quand mon enfant réclame un dessin animé en fin de journée, je sais que l’envie de regarder la télé exprime le besoin de se poser, de se détendre ou de se divertir. De la même manière, une envie de grignoter peut provenir d’un sentiment d’ennui ou cacher une vraie faim. Au lieu de céder aux sucreries, il est conseillé alors de répondre à son vrai besoin en proposant à l’enfant un vrai repas, une collation de qualité ou de l'occuper autrement s'il s'agit de l'ennui.

Par Elena Goutard, coach parental

 

Qui suis-je ?


Coach parentale diplômée en psychologie du développement de l’enfant et de l'adolescent et maman de 4 enfants, je serai ravie de vous apporter un nouvel éclairage sur le comportement de vos enfants et de vous accompagner dans la résolution de vos problématiques familiales.


Je publie régulièrement des articles sur le développement de l’enfant et de l’adolescent et contribue à la rubrique Parentalité des magazines Parole de Mamans, Aufeminin et Passeport Santé.


Infos et prise de RDV :

Tel : 06.06.53.53.62

Mail : elena.goutard@gmail.com

0 commentaire

Kommentare


bottom of page